Nouvelles du 1er juin 2019 (n°106)

– Chablais : secousse sismique. Des secousses sismiques sont assez fréquentes dans les Alpes, le plus souvent, elles sont de faible intensité si bien que les habitants ne s’en rendent pas compte. Mais le 28 mai, des habitants de la région Thonon-Evian ont ressenti nettement une secousse qui était de magnitude 4,1 donc insuffisante pour faire des dégâts. L’épicentre était situé dans le lac Léman au large d’Evian.

Etrembières : réhabilitation complète du téléphérique du Salève. Un budget de 9 millions d’euros est prévu pour rénover l’ensemble des installations et construire un restaurant panoramique. Les travaux doivent démarrer au printemps 2020. L’objectif est aussi de réaménager l’ensemble du site de façon à en faire une destination de loisirs attrayante.

Le Bourget-du-lac : l’entreprise Numérisat équipera l’armée américaine. C’est cette petite entreprise, basée à Technolac et qui ne compte que 5 salariés, que l’armée américaine a choisi pour assurer la connexion wifi de ses soldats ainsi que du centre média lors des commémorations du 75e anniversaire du débarquement des Alliés en Normandie, à Sainte-Mère-Église et Omaha Beach. C’est son expertise dans les technologies par satellite qui l’aurait fait préférer à tous les géants du secteur.

– Rumilly : le 26 mai, l’équipe de rugby accède à la Fédérale 2 après avoir battu celle de Saint-Raphaël-Fréjus par 26 points à 6.

Chambéry : le 25 mai, l’équipe chambérienne de handball remporte la coupe de France en battant l’équipe de Dunkerque par 31 buts à 21.

Chamonix : révision du train du Montenvers. Afin de garantir la sécurité des voyageurs du train qui assure la liaison entre Chamonix et la mer de glace, le train est révisé complètement chaque printemps.

Vallée d’Abondance : le berthoud bientôt protégé par l’Europe ? Un groupe de restaurateurs de la Vallée et le Syndicat interprofessionnel du fromage d’abondance (SIFA) se sont unis pour demander la protection de ce plat à l’échelle européenne, par le label « Spécialité traditionnelle ». En France, seules les moules de bouchot possèdent aujourd’hui ce label. Il permet de protéger une denrée alimentaire, le nom de sa recette, la nature des ingrédients et sa préparation. Donc tout ce qui sera fabriqué sous le nom de berthoud devra répondre au cahier des charges. Mais la zone géographique ne sera pas définie, donc partout chacun sera libre de cuisiner la recette et de l’appeler berthoud dès lors que sont respectées la recette et l’origine du fromage. Le label français devrait être obtenu en 2019 et celui de l’Europe en 2020.

– Les Houches : mise aux normes de la piste Verte. Un budget de 10 millions d’euros est consacré à la mise aux normes de telle façon à pouvoir à nouveau y organiser de grandes courses internationales, comme l’épreuve du Kandahar pour la coupe du monde de ski alpin prévue en février 2020. Des travaux importants viennent de commencer. C’est sur cette piste qu’Emile Allais est devenu champion de monde en 1937.

Patrimoine savoyard : quels sites faut-il restaurer en priorité ? Le grand élan de solidarité qui s’est manifesté pour la réparation de Notre Dame de Paris a amené certaines personnes à demander qu’une partie de l’argent collecté soit affectée à d’autres sites qui ont bien besoin de travaux. C’est pourquoi, le journal Le Dauphiné Libéré a lancé une enquête pour demander à ses lecteurs de se prononcer sur liste de 10 sites à restaurer en priorité dans chacun des deux départements savoyards.
Pour la Haute-Savoie, c’est l’abbaye d’Abondance qui a obtenu le plus de suffrages. On peut rappeler que cette abbaye a été, le premier édifice savoyard classé au titre des Monuments Historiques en 1875. Elle possède encore son église abbatiale, son cloître et ses bâtiments conventuels. Fondée au XIIe siècle, elle représente bien l’architecture gothique de montagne et l’expression d’un art religieux. Le monastère est occupé actuellement par le presbytère, la mairie, l’office de tourisme, des associations et le musée d’art religieux. Jusqu’en 1957, il y avait les 3 classes de l’école du chef-lieu. PS : Pour le département de Savoie, les résultats n’ont pas été mis sur internet.

Assurance chômage des frontaliers français travaillant en Suisse. Le système actuel, en vigueur dans l’union européenne et en Suisse, prévoit que les cotisations de chômage sont perçues par le pays du lieu de travail mais que les indemnités versées aux chômeurs le sont par le pays de résidence. En contrepartie, l’État employeur doit reverser à l’Etat de résidence les cotisations qu’il a perçues mais selon certaines limites. Pour ce qui concerne la Suisse, elle a versé, en 2018, 117 millions d’euros à la France qui, elle, a versé 683 millions aux chômeurs. Il y a donc un déficit de 566 millions. La correction de cette anomalie est en cours d’examen par le Parlement européen et des discussions ont commencé avec la Suisse. A l’avenir, c’est l’état d’emploi qui percevra les cotisations et devrait payer les indemnités, selon sa propre législation.

Présence du loup : détresse des éleveurs. Outre les dégâts causés directement par les loups, qu’il s’agisse des moutons mais aussi de la faune sauvage, il y a la détresse des éleveurs qui se sentent désarmés par une législation protectrice des loups voulue et imposée par des gens qui ne supportent pas les dégâts causés. C’est pourquoi, Mme Émilie Bonnivard, députée de la Savoie, a organisé à l’Assemblée nationale une projection-débat autour du film “La Montagne en sursis”. Ce film de 12 minutes a pour objet de montrer les difficultés psychiques, physiques et économiques des éleveurs et de leur famille. Une vingtaine de députés et de sénateurs ont assisté à la projection.
Le nombre de loups serait actuellement en France de 500 répartis sur 35 départements, soit le nombre jugé nécessaire pour maintenir la viabilité de l’espèce. Evidemment, cette annonce alarme les éleveurs, surtout que depuis le début de l’année, les loups auraient fait 1400 victimes. Le coût pour l’Etat du plan « loups » serait, selon la Fédération nationale ovine, de 30 millions d’euros chaque année.
Le « Groupe national loup » s’est réuni le 28 mai à Lyon. Ses travaux devraient déboucher sur un nouvel arrêté qui devrait valider de nouvelles mesures pour enrayer la prédation des troupeaux, notamment où les attaques sont les plus fréquentes.

– Quelle est l’altitude du Nivolet ? A l’occasion d’un travail pratique, les élèves de 1ère année de BTS « métiers du géomètre-topographe « de La Ravoire ont déterminé que l’altitude est de 1546, 55 mètres.

– Nouvelles des associations : 21 membres de la Savoisienne de Lyon ont passé 4 jours à Turin (du 17 au 21 mai) pour compléter leur culture par la visite de la ville, des châteaux royaux, du musée de l’unité italienne, de la basilique-mausolée de Superga mais aussi des très intéressants musées égyptien et du ciném

– Trophée des Savoyards du monde. Les inscriptions aux premiers Trophées des Savoyards du Monde sont closes depuis le 25 mai.  Les candidatures viennent de 18 pays différents et des 5 continents. Toutes sont très intéressantes et proviennent de personnes fières de leur origine et soucieuses de réussir là où elles sont. Les personnalités composant le jury auront fort à faire pour choisir les lauréats ( voir la composition du jury et le règlement à la page Trophées… du présent site.)

– Savoyards du bout du monde. Depuis début janvier 2016, une journaliste de la station de radio france bleu pays de Savoie s’entretient chaque semaine, du lundi au vendredi, avec un savoyard expatrié ou avec un étranger venu s’installer en Savoie.
Depuis le 1er janvier 2019, elle a interrogé : Anne-Laure Favre en Floride, Delphine de Soultz en Allemagne, Céline Masson-Lewis en Angleterre (pays de Galles), Aline Brassier en Nouvelle Calédonie, Stéphanie Batailler à Los Angeles, Michelle Sweeney à Pugny-Chatenod, Yannick Schuler à Mayotte, Cécile Duchamp d’Albertville au Québec, Mona Mornicchia à Madagscar, Rémy Cosnier de Moutiers à Montréal et Stockholm, Aude Saxod à Dubaï, Stéphane Caïdi à Montréal, Karen Glen canadienne à Montmin, Delphine Sellem-Blanchard à Miami, Clotilde Baehrel en Allemagne, Ombeline et Simon sur les route d’Asie en vélo, Karen Glenn du Canada à Montmin, Lyubov Guerigorieva une ukrainienne à Aix , Adam Wilson un écossais à Aix, Nathalie Collet au Québec, Régis Jacquet à Bora Bora, Sébastien Riss à Orlando (Floride), Carla Amendola mexicaine à Chambéry, Birgit Trasser allemande à Chambéry.
On peut écouter cette émission sur ordinateur en podcast en suivant le lien (à recopier) : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/les-savoyards-du-bout-du-monde-fb-pays-de-savoie

Prochaine publication : le 15 juin 2019

Publié dans Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*